Concevoir un stand commence par savoir poser les bonnes question à ses clients. Valery Sanglier, chef de projet chez DECORAL, nous explique pourquoi.

Menuisier de formation, il était attiré par la publicité et passionné par l’architecture.
L’univers du stand a fait cette synthèse : valoriser sa formation technique, s’ouvrir à l’architecture d’intérieur et se placer dans une démarche de communication.

Valery Sanglier

Une formation solide et une promotion interne réussie

Fraichement diplômé, dans les années 90, Valery a intégré la plus importante agence de design de stands de l’époque : Structures internationales en tant que maquettiste volume.

« C’est une époque où tout se faisait à la main et où les images de synthèse n’existaient pas. J’ai pu évoluer dans un bureau d’études extrêmement créatif pendant trois ans »

Après cette expérience, il se forme à l’informatique et intègre DECORAL en tant que maquettiste. En parallèle, il suit des cours du soir à l’école Boulle, en architecture d’intérieur. Il y apprend les perspectives, les proportions, les choix esthétiques, le mobilier…

Les première images de synthèse apparaissent et il devient rapidement concepteur.
Valery produit alors les images de synthèse pour les autres concepteurs de l’équipe, le temps qu’eux-mêmes ne se forment à cette technique.

Quand Patrick Bazanan prend la direction de DECORAL, il lui propose d’aller sur le terrain et de maîtriser des projets de A à Z.

En 2007, Valery prend les rênes de son premier salon : Le Salon du Collectionneur, au Grand Palais. Ensuite, il participe à la Biennale des Antiquaires, puis au Salon du Dessin.

Biennale des Antiquaires 2008
Biennale des Antiquaires 2008 / Photo : DECORAL
Biennale des Antiquaires 2014
Biennale des Antiquaires 2014 / Photo : DECORAL

 

« Que voulez-vous dire?
Que voulez-vous montrer ? »

Au tournant de l’année 2010, il prend en charge les premiers stands du Crédit Agricole et d’Epson France, clients dont il s’occupe toujours aujourd’hui, au fil d’un calendrier de salons très dense, touchant des publics différents et présentant des produits et services très spécifiques.

Le travail de conception se fait donc très concrètement dans une démarche de communication, et il en va de même pour les autres univers, comme celui de l’art :

« La première question que je pose à mes clients est : Que voulez-vous dire ? Que voulez-vous montrer ?
Leur réponse est déterminante pour les choix de conception. Par exemple, le design des stands de la Galerie Kevorkian à la Biennale Paris est fait en fonction de ses trois pièces phare. En finalité, peu importe le matériau utilisé tant qu’une bonne idée fonctionne pour mettre en avant le produit. »

Valery Sanglier applique ainsi à tous les stands la première règle d’architecture intérieure et de design d’objet : « C’est la fonction qui fait la forme, ce n’est pas l’inverse ».

Stand du Crédit Agricole au SIMI 2017 - Photo Decoral
Stand du Crédit Agricole au SIMI 2017 – Photo Decoral
Stand du Crédit Agricole au salon des Collectivités et des Maires de France, 2017 - Photo Decoral
Stand du Crédit Agricole au Salon des Collectivités et des Maires de France, 2017 – Photo Decoral

De l’exposition muséale au stand « produits » : une approche identique

Au fil du développement de DECORAL, Valery Sanglier a appliqué son expérience à la muséographie. Son premier projet de cet ordre remonte à l’année 2012 : « Delacroix et l’aube de l’Orientalisme » au Domaine de Chantilly.

Autre univers, autres contraintes : les règles de conservation des œuvres et la prise en compte des flux du public demandent de s’adapter à un nouvel objectif :

« On ne vend plus un produit, on accompagne un visiteur. On doit créer de la découverte et entrer intimement dans une œuvre pour lui donner l’attention qu’elle mérite. Ce fut un travail passionnant, notamment avec Patrick Hourcade au Château de Versailles. Ce fut aussi une source d’enrichissement personnel de côtoyer des conservateurs. C’est l’excellence qui parle… ce travail en étroite collaboration avec la conservation a quelque chose de magique.

« Qu’est-ce que l’on veut dire autour d’une œuvre d’art » ? C’est la question centrale du travail de conception pour une exposition muséale. Pour l’exposition « 18e aux sources du design, chefs d’œuvres du mobilier 1650 à 1790 » au Château de Versailles, il fallait rendre didactique la lecture d’un mobilier. Cette exposition ayant reçu Le Prix Historia de l’exposition 2015, considérons que l’objectif a été atteint !

« L’idée était qu’un enfant de dix ans puisse comprendre ce qu’est le style d’un mobilier. Le visiteur doit ressortir enrichi, nourri, en particulier le non-érudit »

Pour réaliser un stand du Crédit Agricole ou d’Epson France, Valery Sanglier suit exactement la même démarche. Que la marque soit bien visible est essentiel, mais avoir une architecture en accord avec le discours de la marque est indispensable.

Le concept « boutique » dans un décor d’épicerie fine, mis en place pour le Crédit Agricole,  illustrait particulièrement bien cette idée, lors de Paris Retail Week : un événement destiné aux professionnels du retail et du e-commerce lors duquel le Crédit Agricole proposait des solutions d’encaissement innovantes.

DECORAL stand pour le Crédit Agricole au Paris retail Week 3
Stand du Crédit Agricole à Paris Retail Week, septembre 2017 / Photo : Decoral

Pour un client comme Epson France, c’est l’applicatif qui dicte les choix : on ne montre pas uniquement des machines mais ce qu’elles sont capables de réaliser. C’est cela qui captera l’attention du visiteur en un coup d’œil. Le stand doit alors mettre en évidence des exemples concrets d’impressions sur tous les types de supports.

Stand Epson au Salon de la Photo - Novembre 2017 - Photo : Decoral

Stand Epson au Salon de la Photo - Novembre 2017 - Photo : Decoral

Stand Epson au Salon de la Photo - Novembre 2017 - Photo : Decoral
Stand Epson France au Salon de la Photo – Novembre 2017 – Photos : Decoral

« On repère tout de suite dans les salons les architectures de stands qui ont été pensées. On perçoit tout de suite leur message. »

S’il avoue aimer tout particulièrement l’euphorie des mises en compétition, Valery aborde chaque nouveau stand et chaque nouveau salon comme une remise en question.
Car pour lui, comme pour tous les membres de l’équipe de DECORAL, un stand n’est pas qu’une surface à bien construire; c’est un message à faire passer.

Autrement dit, de la communication.

 


Articles en relation

Du 12 avril au 7 juillet 2013, dans le cadre du quatrième centenaire de la naissance d’André Le Nôtre (1613-1700), le Domaine de Chantilly propose une exposition sur les jardins français créés pour le Grand Condé par le célèbre jardinier.

La scénographie imaginée par Décoral  mêle documents, correspondances, gravures, plans et peintures pour un panorama inédit sur ses jardins et  les fêtes dont ils furent l’écrin aux 17° et 18° siècles.

Affiche dernière version 03042013_0

Cela vous tente ?
Faites donc un détour sur le site web du Domaine de Chantilly pour organiser votre visite !