« Les collaborations comptent autant que les projets »

Mettre en œuvre l’inspiration et la créativité nées hors de notre bureau d’étude est une facette de notre métier dont on parle peu et qui pourtant est clé. Il faut faire corps avec l’intention du créateur, et l’adapter aux contraintes de l’éphémère, sans la dénaturer.

Ce « savoir d’adaptation », c’est notre valeur ajoutée. On ne nous choisit pas simplement pour exécuter, on nous choisit pour « exprimer ». C’est la raison pour laquelle les collaborations comptent autant que les projets.

Pour illustrer cet état d’esprit, flash-back sur deux collaborations qui ont marqué le mois de septembre :

 

Jean-Charles de Castelbajac & La Biennale Paris

C’était la première fois que nous travaillions avec Jean-Charles de Castelbajac. Il avait été invité par le Syndicat National des Antiquaires à concevoir la scénographie du cœur de la nef et de l’exposition d’une collection privée : « L’Empereur sous la verrière ».

Il s’est placé en rupture des codes scénographiques habituels de la Biennale Paris car son propos n’était pas décoratif, il était artistique. 

Jean-Charles de Castelbajac s’est imaginé convoqué par Napoléon qui lui aurait dit : « Castelbajac, pourriez-vous créer une installation autour de l’histoire de ma maison, un « flagship » et un nouveau logo pour inscrire les Trésors de l’Empire dans la modernité ? Vous avez carte blanche. »

Nous avons donc réalisé « Le Carrousel Céleste » qu’il a imaginé pour habiller le cœur de la nef, ainsi que le « flag-ship » qui abritait des pièces de la collection de Pierre-Jean Chalençon, consacrée à Napoléon.

Le « Carrousel Céleste » matérialisait « un lieu de force et de mémoire » du premier cercle de l’Empereur, sur des voiles multicolores. Il surplombait un « pop-up store » de miroirs, écrin pour quelques trésors de la collection de Pierre-Jean Chalençon. 

 

Homo Faber, à Venise

« Homo Faber » est la première exposition de grande envergure consacrée à l’artisanat européen. Cet événement est organisé par la Michelangelo Foundation, fondée par Franco Cologni et Johann Rupert, dont la mission est de promouvoir, préserver et perpétuer l’artisanat au plus haut niveau, en le rapprochant du design.

Cette première exposition s’est déroulée à Venise, au 14 au 30 septembre, sur le site de la Fondazione Giorgio Cini située sur l’Île de San Giorgio Maggiore. Elle a proposé une aventure immersive dans l’univers de l’artisanat  à travers des œuvres exceptionnelles, des installations inédites et des créations en « live ».

Sous la direction d’Alberto Cavalli, directeur exécutif de la Michelangelo Foundation, artistes, designers, architectes et conservateurs ont imaginé 16 espaces d’exposition différents.

Notre collaboration a spécifiquement porté sur la signalétique et les aires de repos. Ces éléments d' »arrière-plan » sans lesquels l’événement n’aurait pas la fluidité nécessaire pour le public. Notre nous sommes donc appliqués à faire le lien entre les différents pavillons afin d’accompagner la Michelangelo Foundation dans l’ultime étape de son organisation : l’accueil des visiteurs.

Quelques chiffres témoignent du succès de cet événement :
62 500 visiteurs
410 artisans et designers
900 œuvres
91 démonstrations « live »

 

 

Dans  une agence comme la nôtre, il est donc aussi passionnant de collaborer à un projet que d’en être à la fois l’auteur et le maître d’œuvre. Il n’est pas moins stimulant de porter la réalisation d’un projet dont le volet créatif s’est élaboré hors de nos murs.

C’est presque une responsabilité plus grande vis-à-vis de nos clients. Et c’est assurément d’une grande richesse d’inspiration.

Patrick Bazanan, Directeur Général d Decoral
Patrick Bazanan
Directeur Général